Juli 5, 2022
Von Ums Ganze
259 ansichten

English // German // French // Polish // Spanish // Turkish

„Et parce qu’un mouvement de masse n’est pas encore en vue, nous devons au moins jeter du sable dans la machine capitaliste, nous devons, afin de montrer les potentiels des luttes anticapitalistes dans le monde entier pour l’avenir, bloquer l’exĂ©cution du dĂ©roulement normal de ce qui existe. Parce que sans fin, il n’y a pas de nouveau dĂ©part“.
(Extrait de notre appel Ă  bloquer le port de Hambourg en 2017).

Hambourg, porte vers le monde. Un monde pour lequel des scĂ©narios de catastrophe toujours plus clairs se dessinent au fil des mois. Un monde qui pĂ©rit, pour que tout puisse rester en l’état. Un monde dans lequel les marchandises circulent librement alors que des personnes meurent chaque jour aux frontiĂšres. Dans lequel le profit est placĂ© au-dessus des moyens de vie de l’humanitĂ©.
Faire appel Ă  un gouvernement, dont le dirigeant a comparĂ© l’activisme climatique au rĂ©gime nazi, est une perte de temps. Et nous n’en avons plus beaucoup. Seule la confrontation irrĂ©conciliable est appropriĂ©e. Nous appelons donc Ă  la rĂ©sistance collective en ciblant et en perturbant les chaĂźnes logistiques au port de Hambourg.

Autour du monde. La logistique du capital

Comme dans un rĂȘve fiĂ©vreux, le capitalisme maintient tout en mouvement – partout, tout le temps. Avant de pouvoir admirer l’immense collection de marchandises sur les Ă©tagĂšres, tous les Ă©lĂ©ments ont parcouru d’immenses distances. Depuis ses dĂ©buts, la logique du profit capitaliste vise l’organisation et l’expansion globales de la production. Ce principe a dĂ©butĂ© de maniĂšre violente avec les pillages coloniaux et le trafic d’esclaves transatlantique. Il est aujourd’hui encore la base de la navigation mondiale et du port de Hambourg. En peu de temps, le capitalisme a transformĂ© la terre entiĂšre en une usine fossile. Les voies navigables, les rails et les routes relient l’extraction des ressources, la production et les marchĂ©s. Ce lien est la logistique.

La logistique permet une compĂ©tition totale sur le marchĂ© mondial. Dans cet ordre, les rĂ©gions qui ont connu des siĂšcles d’oppression coloniale sont livrĂ©es sans aucun scrupule aux nations industrielles du Nord. Dans le Sud, les ressources naturelles sont exploitĂ©es au prix d’énormes destructions, afin d’ĂȘtre transformĂ©es de maniĂšre rentable dans le Nord. Toute loi sur la chaĂźne logistique et toute dĂ©claration de responsabilitĂ© s’avĂšrent n’ĂȘtre qu’une farce au vu des conditions atroces dans les mines du Congo, d’oĂč est extrait le coltan pour les grandes entreprises de technologie. Les conteneurs et les docks automatisĂ©s dissimulent la brutalitĂ© de l’économie de marchĂ© mondiale et de la division du travail.

Harder Better Faster Stronger.
Le paradigme de la mobilité capitaliste

Les navires porte-conteneurs sont portĂ©s par l’eau, mais mobilisĂ©s par le capital. Cela se poursuit sur la voie terrestre : qu’il s’agisse du transport de marchandises, du trajet en voiture pour se rendre au travail ou du tourisme, il y a peu de mouvements qui ne servent pas Ă  gĂ©nĂ©rer du profit. Pendant ce temps, le paradigme capitaliste de la mobilitĂ© s’accomplit avec la livraison de marchandises en 10 minutes sur le dos des riders. Les consĂ©quences de cette folie sont bien connues de tous. Le transport maritime est responsable Ă  lui seul de 3 % des Ă©missions mondiales de CO2, de 15 % des Ă©missions d’oxyde d’azote et de 13 % des Ă©missions de dioxyde de soufre.

Encore une fois
Bloquons le port.

Tandis que les coĂ»ts de production nets baissent pour les producteurs d’un seul produit, la rapiditĂ© avec laquelle un produit peut changer de lieu devient de plus en plus importante pour le taux de profit. Avec la production en just-in-time, c’est-Ă -dire surtout avec des niveaux de stock rĂ©duits, la production est devenue moins chĂšre, mais elle dĂ©pend aussi d’une logistique bien rĂ©glĂ©e et qui fonctionne bien. Le porte-conteneurs Ever Given, qui a involontairement bloquĂ© le canal de Suez, n’est pas le seul Ă  avoir provoquĂ© d’énormes trous dans les chaĂźnes logistiques au cours des derniĂšres annĂ©es. MĂȘme dans une Ă©conomie digitalisĂ©e, les marchandises doivent continuer Ă  se dĂ©placer dans le monde, le capitalisme reste donc tributaire de nƓuds comme le port de Hambourg. Celui-ci n’est pas seulement un lieu symbolique du marchĂ© mondial et du capitalisme export allemand, il en est aussi un point nĂ©vralgique. En bloquant le port lors du sommet du G20 en 2017, nous avons causĂ© des millions de dĂ©gĂąts, simplement en interrompant l’activitĂ© normale pendant quelques heures. La fĂ©dĂ©ration de l’industrie dĂ©clare que „les chaĂźnes logistiques sont tendues Ă  l’extrĂȘme“. Nous prenons cela comme un vĂ©ritable dĂ©fi sportif.

Penser globalement – Agir globalement

Les manifestations pour le climat de ces derniĂšres annĂ©es ont dĂ©jĂ  eu un grand impact sur les discours publics. Nous voulons les pousser plus loin avec Ende GelĂ€nde et interrompre rĂ©ellement le cours destructif du capitalisme. Le temps prĂ©sent est dĂ©jĂ  la catastrophe. L’intervention matĂ©rielle est en retard depuis longtemps. L’interruption de la logistique nous donne un instrument efficace qui peut ĂȘtre utilisĂ© Ă  l’échelle mondiale.

La connextion du monde par la logistique est guidĂ©e par une contrainte froide et destructrice. C’est un rĂ©seau de division et d’isolement. Mais nous ne voulons pas faire Ă©clater les chaĂźnes logistiques capitalistes pour retomber dans le rĂ©gionalisme ou pire, l’isolement national – nous voulons une interconnexion mondiale des hommes sous de tout autres auspices. Nous voulons une mondialisation de la solidaritĂ©. Les luttes transnationales contre le racisme, pour le fĂ©minisme et la justice climatique pourraient en ĂȘtre le point de dĂ©part.

C’est pourquoi nous irons Ă  nouveau au port cet Ă©tĂ© pour le bloquer. Cette fois-ci, avec Ende GelĂ€nde et de nombreux autres acteurs, dans le cadre de la semaine de lutte pour la justice climatique Ă  Hambourg. Nous voulons interrompre la logistique du capital et crĂ©er de nouveaux liens de solidaritĂ© entre nous.

vogliamo tutto – blocchiamo tutto

Dieser Beitrag wurde unter Archiv veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.



Quelle: Umsganze.org